Le sens

Jouer. Vivre. Grandir.

La Vie, l’âme hors

“Dans la rue, vous voyez marcher toutes sortes de gens. Ces gens là ne savent pas pourquoi ils marchent, vous, vous le saurez.” 
– 
Martines de Pasqually

Enfant, l’humain est curieux, il se questionne sur le sens de la vie. On lui donne alors une expliquation, qui souvent, enferme son opinion. En grandissant, il est happé par la vie qu’il a du mal à mettre sur pause, peut-être parce que se poser des question sur soi est angoissant. Ponctuellement, la souffrance le ramene toutefois à la question du sens. Ce n’est qu’à l’approche de la mort que la questionnement  existentiel rejaillit en pleine poire.

L’humain qui s’apprête à passer de l’autre coté est plus ou moins en paix selon son niveau de sagesse.

Le sage en paix a compris l’impermanence du monde et s’est réalisé. Il peut désormais être à l’image d’une fleur qui accueille tout par l’Amour, et offre sans distinction son parfum. 

De l’autre coté, l’aigri, aussi connu sous l’appellation vieux con, pour se persuader qu’il a raison, tente de convraincre les autres avec autant d’ardeur que d’erreur. “Mais tu te garderas de ceux qui t’offrent des trésors qu’ils n’ont pas pour eux-même.”

Bernard Werber racontait une fois l’anecdote suivante :

Chaque année, on voit apparaitre le temps d’une journée des fourmis ailées. Ces rois et reines des fourmis, se chevauchent dans les airs pour s’accoupler, puis la femelle trouve un nid où elle commencera une colonie. Le mâle, quant à lui, meurt directement après le coït, n’ayant plus de raison d’être.

Si tu es là c’est que tu as une raison d’être, un sens.
Dévoiler ce sens au fil des quêtes te permettra de trouver ta place.

“Vanité” –  1646 – Philippe de champaigne

poursuivre vers “le regard”